Sunday, March 20, 2011

Antisemitisme ordinaire

Phnom Penh, March 20, 2011

De temps en temps une lueur d'espoir de retour a la logique et a la raison dans un article trouve par hasard...

Friday, April 09, 2010

Shut Up Armenians or We'll Hurt Them Again

Ho Chi Minh City, April 9, 2010

Dans l'attente d'un résumé sur le négationnisme sinistre et croissant de la Turquie au sujet de la "grande catastrophe", un excellent article trouvé dans "SLATE".
Sur un sujet qui concerne tout autant les non arméniens que les arméniens tant cette attitude est intolérable.
Si, en Belgique, vous avez voté pour le PS, le MR ou le CdH, chaque parti compte en son sein des négationnistes actifs du génocide arménien, il faut le savoir....

"Shut Up About Armenians or We'll Hurt Them Again"

Turkish Prime Minister Erdogan's latest sinister threat.

By Christopher Hitchens

Posted Monday, April 5, 2010, at 10:43 AM ET

April is the cruelest month for the people of Armenia, who every year at this season have to suffer a continuing tragedy and a humiliation. The tragedy is that of commemorating the huge number of their ancestors who were exterminated by the Ottoman Muslim caliphate in a campaign of state-planned mass murder that began in April 1915. The humiliation is of hearing, year after year, that the Turkish authorities simply deny that these appalling events ever occurred or that the killings constituted "genocide."

In a technical and pedantic sense, the word genocide does not, in fact, apply, since it only entered our vocabulary in 1943. (It was coined by a scholar named Raphael Lemkin, who for rather self-evident reasons in that even more awful year wanted a legal term for the intersection between racism and bloodlust and saw Armenia as the precedent for what was then happening in Poland.) I still rather prefer the phrase used by America's then-ambassador to Turkey, Henry Morgenthau. Reporting to Washington about what his consular agents were telling him of the foul doings in the Ottoman provinces of Harput and Van in particular, he employed the striking words "race extermination." (See the imperishable book The Slaughterhouse Province for some of the cold diplomatic dispatches of that period.) Terrible enough in itself, Morgenthau's expression did not quite comprehend the later erasure of all traces of Armenian life, from the destruction of their churches and libraries and institutes to the crude altering of official Turkish maps and schoolbooks to deny that there had ever been an Armenia in the first place.

This year, the House foreign affairs committee in Washington and the parliament of Sweden joined the growing number of political bodies that have decided to call the slaughter by its right name. I quote now from a statement in response by Recep Tayyip Erdogan, the current prime minister of Turkey and the leader of its Islamist party:

In my country there are 170,000 Armenians. Seventy thousand of them are citizens. We tolerate 100,000 more. So, what am I going to do tomorrow? If necessary I will tell the 100,000: OK, time to go back to your country. Why? They are not my citizens. I am not obliged to keep them in my country.

This extraordinary threat was not made at some stupid rally in a fly-blown town. It was uttered in England, on March 17, on the Turkish-language service of the BBC. Just to be clear, then, about the view of Turkey's chief statesman: If democratic assemblies dare to mention the ethnic cleansing of Armenians in the 20th century, I will personally complete that cleansing in the 21st!

Where to begin? Turkish "guest workers" are to be found in great numbers all through the European Union, membership of which is a declared Turkish objective. How would the world respond if a European prime minister called for the mass deportation of all Turks? Yet Erdogan's xenophobic demagoguery attracted precisely no condemnation from Washington or Brussels. He probably overestimated the number of "tolerated" economic refugees from neighboring and former Soviet Armenia, but is it not interesting that he keeps a count in his head? And a count of the tiny number of surviving Turkish Armenians as well?

The outburst strengthens the already strong case for considering Erdogan to be somewhat personally unhinged. In Davos in January 2009, he stormed out of a panel discussion with the head of the Arab League and with Israeli President Shimon Peres, having gone purple and grabbed the arm of the moderator who tried to calm him. On that occasion, he yelled that Israelis in Gaza knew too well "how to kill"—which might be true but which seems to betray at best an envy on his part. Turkish nationalists have also told me that he was out of control because he disliked the fact that the moderator—David Ignatius of the Washington Post—is himself of Armenian descent. A short while later, at a NATO summit in Turkey, Erdogan went into another tantrum at the idea that former Prime Minister Anders Fogh Rasmussen of Denmark would be chosen as the next head of the alliance. In this case, it was cartoons published on Danish soil that frayed Erdogan's evidently fragile composure.

In Turkey itself, the continuing denial has abysmal cultural and political consequences. The country's best-known novelist, Orhan Pamuk, was dragged before a court in 2005 for acknowledging Turkey's role in the destruction of Armenia. Had he not been the winner of a Nobel Prize, it might have gone very hard for him, as it has for prominent and brave intellectuals like Murat Belge. Turkish-Armenian editor Hrant Dink, also prosecuted under a state law forbidding discussion of the past, was shot down in the street by an assassin who was later photographed in the company of beaming, compliant policemen.

The original crime, in other words, defeats all efforts to cover it up. And the denial necessitates continuing secondary crimes. In 1955, a government-sponsored pogrom in Istanbul burned out most of the city's remaining Armenians, along with thousands of Jews and Greeks and other infidels. The state-codified concept of mandatory Turkishness has been used to negate the rights and obliterate the language of the country's enormous Kurdish population and to create an armed colony of settlers and occupiers on the soil of Cyprus, a democratic member of the European Union.

So it is not just a disaster for Turkey that it has a prime minister who suffers from morbid disorders of the personality. Under these conditions, his great country can never hope to be an acceptable member of Europe or a reliable member of NATO. And history is cunning: The dead of Armenia will never cease to cry out. Nor, on their behalf., should we cease to do so. Let Turkey's unstable leader foam all he wants when other parliaments and congresses discuss Armenia and seek the truth about it. The grotesque fact remains that the one parliament that should be debating the question—the Turkish parliament—is forbidden by its own law to do so. While this remains the case, we shall do it for them, and without any apology, until they produce the one that is forthcoming from them.

Christopher Hitchens is a columnist for Vanity Fair and the Roger S. Mertz media fellow at the Hoover Institution.

Article URL

Copyright 2010 Washingtonpost.Newsweek Interactive Co. LLC

Monday, March 29, 2010

Woodstock en voile et en Burqa?

Mumbai, March 30th 2010

"A vrai dire, il y avait très peu de filles voilées, de suicide bombers et encore moins de Burqa à Woodstock" (citation imaginée...)

- Aout 1969, Woostock

Le soleil se lève sur Roger Daltrey chantant “see me feel me” de l’album Tommy. Quelques centaines de milliers de personnes réunies « à la va vite » pour un hymne à la paix et à l’amour. La génération 69 année érotique lance maladroitement mais avec une conviction et une énergie remarquable sa demande de libération sexuelle, sociale et donc politique. La musique mène la dance de cet hymne à la paix dans le monde et de l’éclatement des carcans sociaux de l’après guerre

- Novembre 1969, New York

Trois mois plus tard au Madison Square Garden, l’apogée de la liberté exigée se retrouve dans un concert aussi mythique que parfait. Avec Jimmy Hendrix dans les coulisses, les Stones vont exécuter une prestation sans faute, dans une ambiance de vénération quasi religieuse (sic), les morceaux, autant de déclarations politiques et sociales se succèdent.

Please allow me to introduce myself, I’m a man of well and taste
I’ve been around for long long years, stole many man soul and faith
I was round when Jesus Christ had his moment of doubt and faith
Please to meet you, I hope you guess my name
What’s been puzzling you is the nature of my game

Derrière ces paroles, un des évènements clé du 20ème siècle. L’apogée du mouvement de libération des mœurs et de la liberté d’expression.

- Hymne de la liberté

"Certainly no nation ever had a soundtrack like ours" (Ethan Russell)

C’est ainsi que la génération de l’après guerre  fait exploser fin des années 60 les cadres de la société occidentale de manière, pensait on, irréversible. La poussée vers la « libération » va influer sur le statut de la femme et des homosexuels, l'abolition de peine de mort, la décriminalisation de l’homosexualité, la libéralisation de l’avortement, l'introduction de la pillule contraceptive, les mouvements de libération raciaux, la mini-jupe, la sexualité et la politique à travers par exemple les mouvements contre la guerre du Vietnam. Pour tous ces évènements dont le point commun est la libération et l’explosion des carcans, l’anathème aura été la musique des Stones, à son apogée en Novembre 1969 au Madison Square Garden.
Et le perdant de l'époque aura sans conteste été la religion Catholique, en porte à faux pour la plupart de ces revendications.

« Les Stones ont gagné. Ils ont peut-être modifié la façon de penser de toute une génération. »

- 11 Septembre 2001, New York

32 ans plus tard, sous les yeux ébahis du monde, une série de cinglés posent un geste politique on ne peut plus clair en se servant d’avion civils pour s’attaquer à des cibles civiles, militaires et politiques aux USA. La génération des suicides bombers est née, ce sont ici des limites bien différentes qui reculent, celles de la peur. Il faudra désormais craindre plus le quotidien car des déjantés en nombre non négligeable se lancent dans l’activisme politique en faisant tout exploser autour d’eux, à commencer par eux-mêmes...

Et bien plus effrayant encore, ces déjantés trouvent un support à travers le monde dans la population générale qui, pour partie, n’hésite pas à « Robindesboiniser » Ben Laden et ses suiveurs, tout en se plongeant dans ce qui va désormais devenir une idéologie consommée avidement par le commun des mortels, le conspirationnisme, véritable terreau du totalitarisme.

-Quand la roue du progrès se met à tourner à l'envers

Ce conspirationnisme, anti-américain, antisémite, est le symptôme du manque de capacité de réflexion et d’esprit critique d’une population mondiale de plus en plus retirée sur elle-même, craintive et agressive à la fois. Les esprits sont murs pour entériner un peu partout et à des stades divers un certain recul de la liberté d’expression en générale et de la liberté individuelles en particulier, préludes à des changements de sociétés inverses à ceux décrits plus haut.
Et c’est la problème, une espèce de roue du progrès qui se met tout d’un coup à tourner à l’envers.

- 2010, la bataille pour le voile

« Je déclare que le voile est le symbole d’un projet politique totalitaire »

Fatoumata Sidibé in "Le Soir"

« Je déclare que le voile est le symbole de l’instrumentalisation des femmes au nom de la religion, d’un projet politique totalitaire qui sème la terreur dans certains pays, de la tentative d’asservissement, de mise sous tutelle de la femme, de la séparation des espaces féminins et masculins, une supercherie des fondamentalistes musulmans pour réaffirmer leur domination sur le corps des femmes et leurs libertés. Dans certains quartiers, les filles n’ont d’autre choix que de se voiler ou de faire attention à leur tenue vestimentaire pour ne pas subir les injures et le mépris de certains mâles auxquels on a appris que la vertu d’une femme est proportionnelle à la quantité de tissu qui la recouvre.

                                                        Cliquez sur la Burqa!!

Je déclare qu’on atteint le summum de l’endoctrinement quand l’esclave intègre ses chaînes comme normales, lorsqu’elle ne peut plus penser autrement que par le prisme d’une société qui la convainc depuis la plus tendre enfance à travers les traditions, les cours de religion, les prêches que sa nature de femme la prédispose à occuper une position d’infériorité, de soumission.

- 21ème siècle, l’obscurantisme contre-attaque

Quarante années plus tard, force est donc de constater que les Stones avaient gagné une bataille mais pas la guerre, l’obscurantisme connait un retour en force, sous des apparences différentes, mais dans le fond on assiste à une demande réelle, concrète et précise de restauration des contraintes qui explosaient les une après les autres fin des années 60. Cette restauration des contraintes va de pair avec le retour du religieux dans la sphère publique.

N’est ce pas évident ?

Woodstock était l’antithèse du projet de société porté par les tenants du retour vers l’obscurantisme, les islamistes en tête. On ne pourrait pas imaginer image plus contradictoire ou paradoxale que celle d’une femme en Burqa qui célebrerait la libération des mœurs à Woodstock pendant "Hey Joe" de Jimmy Hendrix.

Les générations qui n’ont pas connus ce passage de l’interdit vers la libertés, ceux qui n’ont pas, à mon instar, découvert avec une fascination mystique l’album des Stones quelques jours après sa sortie et plongé dans cette frénétique musicalité, ceux la ne comprennent surement pas que la mouvement aujourd’hui est en complète inversion.

Terrorisé par la perspective d’un embrasement de la planète pour cause de « global warming », effrayé par les menaces terroristes depuis le 11 Septembre et la mode des attentats suicides, ou encore déboussolés par les divagations conspirationnistes qui déferlent sur internet depuis des années, les jeunes du 21eme siècle sont encerclé par la peur de l’avenir.

- Solutions?

Ce n’est pas l’adhésion à une idéologie ou une religion qui va résoudre l’émergence d’une autre idéologie ou religion obscurantiste. L'adhésion à la ligne d'un parti politique  n'est pas non plus une solution. Aujour'hui aucun parti politique n'offre une analyse correcte du problème et donc encore moins de solution. Pour rappel, le MR, le PS et le CdH se rejoignent dans l'incohérence poliique en acceuillant en leur sein des négationnistes (actifs) du génocide arménien...
Le principe même de l’idéologie est contraire à la liberté de penser et la liberté d’expression. Camus, dans son incroyable clairvoyance, ne disait pas le contraire.
Ce que les jeunes doivent retrouver, à travers une lecture critique qui ne leur est plus offerte par personne, c’est un sens de l’analyse qui permette de détecter les grand mouvement de balancier qui dirigent leur vie.
Ce mouvement, pour le moment, est parti dans la mauvaise direction et ceux la même qui vont le plus en souffrir ont aujourd’hui entre 20 à 30 ans.


"I shouted out who killed the Kennedy, when after all i twas you and me ?"

A l’instar de Karl Popper, il faut reprendre conscience de l’importance de notre influence individuelle sur le cour des évènements, il faut être entendu quand nous ne sommes pas d’accord, ne pas suivre la mouvance actuelle de partis comme Ecolo, le PS ou le CdH en Belgique ou d’Olivier Besancenot en France qui jouent aux « idiots utiles de l’islamisme ». Il faut refuser le retour du délit de blasphème, refuser la peur et refuser la plongée dans les abysses de notre liberté d’expression.
Notre liberté d’expression est sans aucun doute le plus précieux des patrimoines de la société actuelle et ce patrimoine est en danger d’anéantissement par un retour du pire du religieux dans la sphère publique.

La religion, comme l’idéologie, n’aime pas la liberté d’expression.

C’est un fait, il faut l’acter et le refuser.

Dessin: l'excellent Martin Vidberg qui sévit sur Le Monde

1 : musique >>"Satisfaction" au Madison Square Garden (sous titré) 1969
2: définitions>>"Idéologie" dans Britannica
3: on est d'accord avec >> "Finkielkraut" sur la Burqa
4: carte blanche >> "La démocratie face à l'Islamisme" ET  "Lettre à mon ami  Mohamed" in La Libre
5: on vénère >> "Albert Camus" (Wikipedia) et son opposition à l'idéologie
6: ainsi que la clairvoyance de cette phrase >> "“We all remember how many religious wars were fought for a religion of love and gentleness; how many bodies were burned alive with the genuinely kind intention of saving souls from the eternal fire of hellKarl Popper
7: à l'intérieur des religions, ca ne tourne pas rond >>"Vatican declined to defrock US prier who abused boys": The New York Times

Friday, October 23, 2009

Affaire Jean Sarkozy, le goudron et les plumes en deux temps

Ho Chi Minh City, October 23, 2009

Publié le 21 Octobre dans le journal le Monde, l'article  "A quand le goudron et les plumes pour Jean Sarkozy" a déclenché une fureur réelle chez les lecteurs. De manière très intéressante, l'unanimité des réactions confirmait la proposition de départ.
Cet article portait en effet plus sur le sujet de l'indignation à géométrie variable  et son pendant, l'aveuglement sélectif, que sur Jean Sarkozy lui-même.

Réactions représentatives parmi les 108 (105 négatives, 3 positives):
Michel B.
"J'hésitais, mais maintenant je suis convaincu de résilier mon abonnement au monde."

Bernard A.
"Cet article est un sommet de la mauvaise foi. On ne peut rien opposer à l'aveuglement."

"J'aime Le Monde pour ses analyses, ses articles scientifiques et ses réelles recherches, parfois. Mais je ne me suis clairement pas abonné pour lire ce type d'articles. A croire que n'importe qui peut pondre un article dans ce journal, incroyable ! Dire que j'ai perdu mon temps à lire ça... il y a quelques mois, un article de Camille Sée m'avait déjà fait tiquer. J'exige du journalisme, sinon, je peux aussi lire 20 minutes dans le métro. Je subirai, mais je ne payerai pas pour une telle prose !"

"Non mais, vous vous êtes relu au moins ou vous avez envoyé ça d'une traite ?"

"En relisant cette chronique,je la trouve finalement particulièrement niaise ,il ne faut donc pas perdre son temps à la commenter. Ce que je viens de faire en forme de récidive !"

Samuel B.
"Article lamentable... avec une touche d'humour quand l'auteur compare Sarko à Obama ! J'ai bien ri, mais merci au Monde de nous épargner ce genre "d'article"."

"Donner un poste de cet acabit à quelqu'un qui n'a même pas son DEUG, c'est comme donner le permis poids lourds à quelqu'un âgé de 15 ans seulement: le bénéficiaire n'a pas le profil minimal requis pour la tâche, la lui confier quand même n'est donc possible qu'en passant outre aux règles établies. C'est normalement impossible, sauf quand un puissant le veut. Pas la peine de jouer les avocats du diable, surtout si c'est avec si peu d'esprit et une absence encore plus flagrante de bonne foi."

Gaspard trader fou
"Faut vraiment avoir la foie pour avaler un truc pareil !"

Ma réponse à ces réactions vient d'être publié dans cette deuxième rubrique: "Forte hausse de la demande de goudron et de plumes en France".
Elle se passe de commentaires supplémentaires.

Voir aussi: Martin Vidberg Blog et son "actualité en patates"

Saturday, October 17, 2009

Duffy: Syrup and Honey, recording session

HCMC, October 17, 2009

Du grand art!!!

Tom Waits - Jesus Gonna Be Here (Warsaw 2000)

Tom Waits at his very best........ If this guy was doing politics, the return of blasphemy would not stand a chance....

Well, jesus will be here
Be here soon
Hes gonna cover us up with leaves
With a blanket from the moon
With a promise and a vow
And a lullaby for my brow
Jesus gonna be here
Be here soon

Well Im just gonna wait here
I dont have to shout
I have no reason and
I have no doubt
Im gonna get myself
Unfurled from this mortal coiled up world
Because jesus gonna be here
Be here soon

I got to keep my eyes open
So I can see my lord
Im gonna watch the horizon
For a brand new ford

I can hear him rolling on down the lane
I said hollywood be thy name
Jesus gonna be
Gonna be here soon

Well Ive been faithful
And Ive been so good
Except for drinking
But he new that I would
Im gonna leave this place better
Than the way I found it was
And jesus gonna be here
Be here soon

Monday, October 12, 2009

Affaire Mitterrand: indignation générale très mal placée...

Ho Chi Minh City, October 12th 2009

Une "Mauvaise Vie"

Quand Frédéric Mitterrand est cloué au pilori de la pudibonderie hypocrite par Marine Le Pen, il est utile, avant de s'engouffrer tête baissé dans un soutien ou une condamnation aveugle du Ministre de la Culture, de remettre deux ou trois éléments en perspective.

Le premier, le plus évident, est le titre du livre qui provoque l'opprobre au Front National et ailleurs, "La Mauvaise Vie". Avec un titre pareil, on peut très difficilement parler d'apologie.

C'est sans dire de sa substance, décrite comme suit par Eric Fottorino: "Il n'est pas simple pour un individu de confesser ses bassesses, et il faut avoir lu le livre - ce qu'à l'évidence n'ont pas fait les esprits vengeurs du moment - pour mesurer la part d'humanité et de remords qui court au long de ces pages suffocantes d'où sourdent malheur et malaise."

La franchise est effectivement chose assez rare que pour ne pas apprécier à sa valeur juste un roman réalité confession de la part d'un homme en souffrance d'identité.

Fondation Somaly Mam

Ensuite, pour qui se sent vraiment concerné par l'esclavagisme sexuel, il faut, en priorité, s'attaquer au plus insupportable, au plus criminel de tous, celui des enfants. Et force est de constater que ce n'est pas en déclenchant une vindicte nauséabonde envers un homme qui, jusqu'à preuve du contraire, n'a rien d'un pédophile, que l'on va faire améliorer en quoi que ce soit le sort des 12 millions d'enfants esclaves sexuels de part le monde.

Par contre, les bonnes âmes, à commencer par Marine Le Pen, pourraient faire oeuvre vraiment utile en procédant à une donation à la fondation Somaly Mam.

Ancienne victime de la pédophilie, de l'esclavagisme sexuel le plus ignoble, de tortures à l'électricité et de prises de drogues forcées par la mafia de la prostitution au Cambodge , Somaly Mam a échappé à ses tortionnaires, aidée par un client, français, et combat cette mafia avec succès depuis des années. Femme au courage extraordinaire, elle a sauvé des centaines d'enfants de l'esclavagisme sexuel.
Par exemple Sreypov Chan une cambodgienne forcée d'avoir des relations sexuelles avec des centaines de clients avant d'avoir atteint l'âge de 10 ans......

A noter, détail d'importance pour qui désire comprendre les choses au delà de l'imagerie d'Epinal simplificatrice, que dans la situation du Cambodge et de la Thailande, les réseaux de la prostitution sont très majoritairement au service de la population locale et non pas des touristes.

Indignation à géométrie variable

Enfin, on ne peux s'empêcher d'accuser Marine Lepen et le Front National de pratiquer l'indignation à géométrie variable. Sur les faits et gestes d'hommes devenus responsables politiques, est-il utile de rappeler certaines actions très peu glorieuses de Jean-Marie Le Pen en Algérie??

Au concours de l'immoralité, qu'est ce qui l'emporte, payer les service d'un prostitué adulte ou participer aux faits décrits plus en détail dans ce lien???? Une question qui devrait faire l'objet d'un long et méticuleux débat au sein de ce FN pris d'un soudain accès de moralité aussi étonnant que déplacé.....


Dans cette histoire, l'homme qui a fait preuve d'une franchise inhabituelle est vilipendé par le parti dont le Président doit cacher son passé à défaut de ne pas parvenir à cacher ses idées nauséabondes. L'inversionnisme a encore frappé....

A lire aussi:

Bernard-Henry Levy: Et si inculpait Léon Blum?

(A suivre...)